Le YOGA selon la tradition ancestrale des Natha

Le YOGA selon la tradition ancestrale des Natha

Étymologiquement Yoga signifie unir:
unir énergie et conscience,
unir le visible et l’invisible,
unir corps et esprit.

Natha veut dire:
le passeur (celui qui transmet l’enseignement),
un yogin pratiquant le Natha Yoga.

Le but : nettoyer les chakras
remise en circulation des énergies
d’aller du bien-être à l’éveil

Le Natha Yoga est une pratique qui fait partie du Hatha Yoga, qui en occident est souvent assimilé à tort uniquement à la pratique posturale. Ha signifie soleil et Tha la lune. Soleil et lune correspondent aux énergies masculines et féminines. Par la pratique on cherche à unir ces deux énergies. Selon les textes, la pratique du Yoga nous promet jeunesse, longévité, santé, équilibre et épanouissement.
Cette méthode, plusieurs fois millénaire, se réfère à Matsyendranath, Yogi mythique et légendaire, qui aurait été enseigné directement par Shiva, l’absolu que l’on appelle aussi Adinath. Son élève le plus connu est Gorakshanath.
Le Natha Yoga propose une technique intégrale qui implique le corps, l’énergie, le souffle et le mental. Le but étant de les faire travailler de concert. Pour éveiller plus efficacement les énergies latentes en l’homme, on y rajoute des mantras (sons éveillant certaines énergies) et des visualisations. Sans aucun doute le souffle est la pierre angulaire de ce Yoga, menant du dense au subtil.

La pratique du Natha Yoga
Comprend 7 niveaux:
Asanas (posture ou positions du corps)
Pranayama (le contrôle et l’extension du souffle)
Mudras, bandhas et dristhis (gestes, contractions, fixations oculaires),
Dhâranâ (concentration),
Dhyana (méditation),
Nada yoga (yoga du son) et mantra,
Yoga nidra (Yoga du sommeil).

Les Asanas ou postures :
Il y en aurait 84 000. Le Natha Yoga évolue avec 84. Une des plus connues est le lotus. C’est une posture d’éveil.

Les asanas ou postures sont des symboles qui relient deux mondes ou deux plans. Le but des postures est le nettoyage et la remise en circulation des énergies bloquées.
Les Asanas sont des positions ou postures du corps, dont l’aspect extérieur peut ressembler à la gymnastique, mais c’est bien plus.
Le Pranayama – travail sur le souffle
Prana: énergie vitale
Ayama: extensions dans les quatre directions
contrôle (du souffle)

Le pranayama concerne le travail sur la respiration qui est étroitement liée à l’énergie et le mental.
Les techniques du souffle ou Pranayama permettent d’entretenir et de stimuler notre force vitale. De nombreuses techniques associées à des rétentions (à vide ou à plein) interviennent sur le corps énergétique. Une meilleure santé nous est promise, mais ce qui est visé est la maîtrise du mental.
On constate que:
le souffle et les émotions sont liés
le souffle et le mental sont liés.
Ex : Si le souffle s’arrête spontanément, le mental s’effondre.

La pratique du pranayama nous permet progressivement:
de retrouver la respiration abdominale
de gérer différents rythmes de la respiration (inspiration, expiration, rétentions)
d’acquérir la capacité de faire des rétentions du souffle (après inspiration et après expiration) ce qui entraînera directement une purification des énergies.

Les Mudras, Bandhas et Dristhis
Mudra signifie  »geste, sceau  ». Il y a des gestes des mains, de la langue et du corps entier.

Bandha signifie “contractions, ligatures”. Ils concernent essentiellement la structure énergétique et quelques points clés, par lesquels l’énergie peut se perdre ou au contraire être attisée et dirigée.

Dristhis : fixations oculaires
Que les yeux soient convergents ou non, que la convergence soit placée sur le bout du nez, le front, ou le point inter-sourcillier, les incidences sur les énergies et les chakras sont différents.

Dharana – la concentration
Dharana vient de la racine Sanskrite dhâr qui signifie tenir fermement, retenir, soutenir, porter, supporter.
L’objectif de Dharana est de réunir en un point externe ou interne toutes nos facultés. Si ce projet aboutit et dure, on glisse dans Dhyana, la méditation.
En pratique on peut utiliser n’importe quoi comme objet de concentration : une pierre, une forme géométrique (yantra), une image, une flamme de bougie, le souffle, le battement du coeur, le son…

Dhyana – la méditation
Concentration et méditation sont très liés. C’est à partir de la concentration que l’on peut glisser dans la méditation. Il y a peu à dire – il faut expérimenter.

Nada Yoga (yoga du son) et mantras
Le son, qu’il soit intérieur ou extérieur (exemple un bol tibétain) peut être un support de concentration. Il se produisent des résonances sur le plan vibratoire.

Les mantras utilisés dans le Natha Yoga sont souvent des mantras germes, monosyllabiques. Le choix du mantra est en rapport avec l’effet souhaité, quelle énergie que l’on souhaite activer. Le mantra monosyllabique le plus connu est sans doute OM, qui lui, contient tous les autres. La tradition dit que c’est à partir de la vibration du OM que la manifestation a pris naissance.
Les mantras sont associés aux différentes pratiques, mais peuvent aussi être récités de façon indépendante.

Yoga Nidra – le yoga du sommeil conscient
Nidra = sommeil
Le Yoga Nidra est bien plus qu’une relaxation. C’est sans doute le premier bénéfice que l’on peut en retirer. Mais ce n’est pas la finalité. Yoga Nidra est l’infiltration de la conscience dans cette zone obscure, opaque, interne qu’est le sommeil. C’est une vrai voie initiatique, de connaissance de soi, de l’extension du connu.

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , , , , | Laisser un commentaire